Intervenant social en gendarmerie

Pour apporter une réponse à des situations sociales et familiales complexes, un intervenant social travaille en lien étroit avec la compagnie de gendarmerie de Parthenay, le Centre communal d’action sociale de Parthenay, la sous-préfecture de Parthenay et la police municipale.

Dans quels domaines l'intervenant social en gendarmerie peut-il agir ? 

Les principaux domaines d'intervention sont : 

  • Violences conjugales, familiales, sexuelles.
  • Suite de séparation conflictuelle, différent familial, non représentation d'enfants, abandon de domicile.
  • Enfance en danger, mineur en fugue, mineur en voie de désocialisation, violence scolaire.
  • Victime présentant une situation de détresse sociale, tentative de suicide, suicide.
  • Personne présentant des troubles psychiatriques.
  • Ivresse publique manifeste.
  • Situation de radicalisation.

Auprès de qui intervient-il ? 

Pour pouvoir accompagner les personnes, l’intervenant social en gendarmerie (ISG) doit être saisi par un gendarme de la brigade de Parthenay qui détecte une problématique sociale. Lors de sa rencontre avec un gendarme, la personne est informée de l’existence de l’ISG et indique sa volonté d'être contactée ou non.  

Quelles sont ses missions ? 

Ses principales missions sont :

  • Accueillir (au sens social) : proposer une prestation complémentaire aux gendarmes après l’intervention et/ou la prise en charge des personnes et à la demande des personnes victimes, ou mis en cause.

  • Écouter. faire verbaliser la personne, traduire les mots et les actes, l’aider à construire une stratégie d’actions. Attention : cette écoute ne se veut pas thérapeutique.
  • Agir: mettre en place des actions concrètes, assurer un suivi social lorsqu’il n’y en a pas ou interpeller le référent social lorsqu'il y en a un.
  • Repérer des situations difficiles et prévenir une éventuelle dégradation.
  • Orienter : à l’intérieur de la Gendarmerie ou vers les structures ou associations médico-socio-éducatives.
  • Faciliter le lien : entre la personne, la Gendarmerie et les partenaires sociaux. Accueil et écoute active en évaluant la nature des besoins sociaux révélée dans le cadre de l’activité de la gendarmerie. Participer à l'observatoire national du dispositif. 
2021 : Quelques chiffres
  • Orientation de 170 nouvelles situations par la gendarmerie.
  • 241 personnes bénéficiaires (63% vicitmes, 17% mis en cause, 20% hors champ pénal)
  • Pour 63 % des situations, la problématique relevait de violences physiques.
  • Pour 53% des situations, la problématique relevait de violences psychologiques.
  • Pour 48% des situations, la problématique relevait de conduites à risques (addictions, ,stupéfiants, etc.).
  • Pour 20% des situations, la problématique relevait du harcèlement.